Mains d’Oeuvres, foyer de résistance

SPOT DE LA SEMAINE #4

Chaque semaine, Divercities vous dégote le meilleur spot entre libraires, disquaires, friches, galeries, salles de concerts, théâtres et cinémas indépendants, en fonction de sa brûlante actu et de sa belle programmation !

Quatrième opus du « Spot de la Semaine » de Divercities : Mains d’Oeuvres, « utopie concrète » qui fait de la résistance !

Mains d’Oeuvres vit peut-être les pires heures de son histoire avec une municipalité bien décidée à vider les lieux, mais l’équipe tient bon, forte d’un soutien public renouvelé et d’une volonté toujours présente de programmer la crème de la crème. Le Rouxteur Festival ne déroge pas à la règle puisque l’ancien gymnase se transfiguré par de multiples interventions d’art numérique, vous immergeant dans un univers onirique et surnaturel. 

Mains d’Oeuvres, c’est une institution au pays de la culture non institutionnelle. Dirigé à ses débuts par la militante pionnière des tiers-lieux Fazette Bordage, le lieu ouvre au public en 2001 dans d’anciens bâtiments sportifs au coeur des puces de Saint-Ouen. Cette « utopie concrète » selon les mots de sa fondatrice, marque le paysage francilien de la culture et devient vite le fer de lance du renouveau culturel parisien avec une programmation volontairement éclatée entre graphisme (graphistes en résidence), musique (rock et musique expérimentale lors de nombreux concerts), arts visuels (une immense salle d’exposition) et de nombreux ateliers et cours (danse, musique etc.) et s’exporte volontiers hors de ses murs.

Fazette Bordage, fondatrice de Mains d’Oeuvres

Pionnier et dinosaure de la contre-culture, Mains d’Oeuvres n’en reste pas moins connecté à ce qui se fait de mieux au sein de la scène francilienne : des coproductions avec Noise La Ville, Les Hydropathes ou La Dynamiterie, l’accueil d’artistes émergents prometteurs (collectif Asciediacea) et de la géniale librairie Colophon ! C’est bien dommage qu’une municipalité hostile milite pour la fermeture du lieu, et tronque les magnifiques zbeules des soirées avec un couvre-feu. On s’enjaille avec les pépites du dernier festival MOFO.

 

Arnaud Idelon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *